Techniques utilisées

Nutrition, activité physique, gestion des émotions, sommeil, iridologie, hydrologie, phytologie, aromatologie, gemmothérapie, Fleurs de Bach, techniques reflexes (massages bien-être…), contact avec la nature, exposition au soleil… et n'oublions pas le plaisir avec tout ce que cela englobe comme notions telles que l'amour, le partage, le rire...
La naturopathie présente une palette de techniques qui correspondront au tempérament et à la vitalité de la personne.
Nous chercherons alors à travailler nos points faibles pour nous équilibrer et harmoniser nos fonctions.

Nutrition
En naturopathie, on considère que la santé est liée à l’état de notre terrain. Notre terrain dépend en grande partie, de notre alimentation et de notre environnement. Tout ce que nous absorbons, qui est susceptible de dégrader notre terrain, menace inévitablement notre santé. Et plus les causes de dégradation sont importantes, nombreuses et répétées, plus le risque d’être « malade » est grand. D’ou l’intérêt de connaître ces causes pour éviter de nombreuses maladies. Aujourd’hui, les principales causes des maladies, liées directement à l’alimentation, sont : l’oubli des grands principes de l’alimentation spécifique humaine, la suralimentation, les fermentations et putréfactions intestinales, l’auto-intoxication, l’accumulation des surcharges des organes d’élimination déficients.   La naturopathie permet de connaître et comprendre les bases de la nutrition, ainsi que les principes d’une alimentation saine. Ces connaissances sont indispensables pour comprendre et redonner à la nutrition son rôle central dans la prévention, l’hygiène de vie et la santé. 
Activité physique
Nous sommes vivants, nous sommes faits pour le mouvement et nous nous construisons donc par le mouvement. La qualité de nos muscles, de nos tissus en est indissociable. « Le muscle est le contrepoids du nerf. » Edmond Desbonnet – en effet, lorsque les muscles travaillent, la concentration en sérotonine (neurotransmetteur) augmente dans notre système nerveux avec un effet anti-dépresseur très rapide. Nombreux sont les avantages de la pratique d’une activité physique quotidienne sur la préservation optimale de notre santé. 
Gestion des émotions et relation d’aide
Stress, peur, colère, tristesse, souci, inquiétude, extrême sensibilité, jalousie, soumission, épuisement, impatience, culpabilité, manque de confiance en soi, incertitude, découragement, lassitude… autant d’émotions qui nous traversent sans cesse. L’émotion est indispensable à la vie. Elle est un signal de notre état. Elle est l’expression énergétique d’un déséquilibre interne, une indication que l’on est divisé. Nous avons perdu la cohérence, un temps. Un coup d’état neuronal : quand l’émotion se transforme en fureur, nos impulsions l’emportent sur la raison et paralysent la pensée. C’est une « prise en otage ». Force motrice très puissante de notre système immunitaire, refouler l’émotion nous abîme. Comment éviter le coup d’état ? Apprendre à accepter l’émotion sans jugement, comme étant ce qui nous traverse sur le moment. Un des rôles du naturopathe est de « rebrancher la personne » à la réalité de son lien à la nature et à ses désirs. 
Sommeil
« Toutes les fonctions du corps ou de l’âme dans le sommeil, l’âme les accomplit toutes. » Hippocrate Apres l’oxygène, le sommeil est le deuxième besoin vital. S’ensuivent l’eau et les aliments. Les fonctions du sommeil sont multiples : temps de récupération, temps d’activité neuro-glandulaire (l’hormone de croissance est libérée durant le sommeil), déconnection du mental, temps de stockage et d’élimination, recharge nerveuse, temps d’activité du cerveau, moment des rêves, remise à jour… Un sommeil de qualité permet à long terme de préserver notre santé mais aussi à court terme de récupérer de la journée passée et de constituer l’énergie suffisante pour la prochaine. 
Iridologie - L'étude de l’iris.
L’œil est le reflet du corps. Pourquoi l’iris ? C’est le seul organe transparent du corps. Comme en réflexologie plantaire, nous retrouvons la représentation du corps humain et de tous ses organes inscrite dans l’iris ; ce qui permet d’apprécier la vitalité de la personne, le stade de la maladie, l’évolution des symptômes, les émonctoires (intestins, reins, peau, poumons, foie) à solliciter en priorité, la valeur du traitement ainsi que les causes de la maladie. Attention ! Le bilan iridologique n’est qu’un complément de l’analyse morphologique et des autres éléments du bilan naturopathique. Bien que donnant le sens de la maladie dans 80% des cas, l’iridologie ne peut être utilisée pour diagnostiquer une maladie et ne se substitue pas à un bilan médical.  
Hydrologie - L’étude de l’eau.
L’eau est un moyen simple pour faire réagir le corps. L’hydrologie par la réactivité au chaud et au froid entretien et améliore les connections du système nerveux, neuronales et du système nerveux glandulaire par les glandes surrénales (froid). Beaucoup plus qu’avec les massages et l’exercice physique. Aujourd’hui, l’homme devient de plus en plus sensible au différences de température, donc il se fragilise et s’affaiblit. Les terminaisons nerveuses ne sont plus entrainées à s’adapter, c’est la ou l’hydrologie sera bénéfique. Différentes utilisations de l’hydrologie : application locale du type compresses froides, bain de siège froid, enveloppements froids locaux, demi-bain, ablutions, draps humide, affusions, douche écossaise, bain froid total, bain hypercalorique (chaud), sauna, hammam, jacousi, bains dérivatifs (de pieds ou de mains), douche rectale, lavement intestinal, lavement vaginal, lavements nez et oreilles…
Phytologie - L’étude des plantes.
Depuis les temps les plus anciens les êtres humains ont trouvé chez les végétaux leur nourriture et leurs remèdes. Les plantes aromatiques et médicinales contiennent de nombreux principes actifs : glucides, lipides, protides, enzymes, minéraux, vitamines… Une tasse de tisane équivaudrait à 3 ou 4 gélules de poudre de plantes. Chaque individu étant unique, il est nécessaire d’adapter la dose qui sera tolérée par l’organisme. Commencer par une dose minimum et augmenter progressivement. Le but étant de faire réagir l’organe et de lui permettre de fonctionner par lui-même. L’utilisation des plantes aromatiques et médicinales aujourd’hui, mérite sa place dans un système d’autonomie et de prévention de sa santé.
Aromatologie- L’étude des huiles essentielles.
Une huile essentielle est la fraction odorante volatile extraite des végétaux. C’est le parfum concrétisé de la plante, un véritable concentré. Vous avez forcément déjà été en contact avec certaines huiles essentielles. Par exemple, lorsque vous épluchez une orange ou une clémentine, ce qui sent fort et pique les yeux, c’est de l’huile essentielle ! Elles sont extrêmement anti-infectieuses, antiseptiques et antivirales. Ce sont les seules alternatives aux antibiotiques, et elles ont largement fait la preuve de leur efficacité dans ce domaine. Mais leurs aptitudes couvrent des domaines bien plus larges : elles sont antidouleurs, cicatrisantes, anti-hémorragiques, digestives, elles régulent l’immunité, les hormones, elles déstockent les graisses infiltrées ou renforcent les vaisseaux sanguins… A chaque huile essentielle son rôle et, pour la plupart, ses multiples activités ! 
Gemmothérapie - L’étude des bourgeons.
« La gemmothérapie est une thérapeutique basée sur la mise en valeur de l’énergie biologique potentielle des végétaux et des minéraux. » Dr Pol Henry La gemmothérapie est une forme de phytothérapie globale qui utilise les bourgeons et les jeunes pousses d’arbres et d’arbustes préparés à l’état frais, par macération directe dans un mélange eau-alcool-glycérine. Les bourgeons sont formés par des tissus embryonnaires et renferment toutes les propriétés de l’arbre (fleurs, fruits et feuilles), ce qui explique la grande efficacité d’action des extraits de bourgeons. 
Fleurs de Bachet autres élixirs floraux
« La maladie est une sorte de consolidation d’une attitude mentale et il est seulement nécessaire de traiter l’humeur d’un patient pour que la maladie disparaisse » Dr Edward Bach. L’objectif du Dr Bach a toujours été de se préoccuper de l’état d’esprit du patient, plus que de sa maladie. Sa démarche professionnelle s’oriente ainsi vers la recherche des causes et des origines des problèmes émotionnels et psychologiques ayant pu donner naissance aux troubles, aux désordres et aux maladies, plutôt qu’à leurs symptômes. C’est aussi une quête du bien-être physique grâce au bien-être mental – mens sana in corpore sano » (un esprit sain dans un corps sain). En seulement quelques années (1928 – 1935), Bach va identifier 38 remèdes floraux dont les propriétés bénéfiques aideront à retrouver une harmonie intérieure, psychique et physique.
Techniques manuelles - Réflexologie plantaire, massage bien-être, do-in, ventouses
Un point important dans l’approche humoriste est que tout bouge et tout doit rester mobile (Hippocrate) : le mouvement doit être en permanence entretenu. A l’inverse, un ralentissement du mouvement aboutit à un état de morbidité : baisse des métabolismes et accumulation des déchets dans les différents organes. Il s’agit d’une approche globale de la santé basée sur la dynamique des échanges, la circulation des liquides, les mouvements et la libération du diaphragme. Le massage va donc favoriser les échanges de notre bain humoral. La finalité du massage est de relancer le mouvement : l’augmentation de la chaleur va augmenter la filtration et la diffusion du sang pour nettoyer le milieu intérieur.   Le massage est une méthode préventive et hygiénique : dans le cadre d’une cure naturopathique avec des objectifs précis. 
Techniques vitalogènes - Contact avec la nature et les animaux, exposition au soleil...
Sans énergie, il n’y a ni pensée, ni vie. Il est donc primordial pour l’homme de maintenir une réserves suffisante d’énergie vitale. Cette énergie est à l’extérieur du corps et peut être puisée au contact des éléments vitalogènes : l’air, l’eau, la terre, la lumière, les sons, les odeurs et les saveurs sont autant de vecteurs d’énergie que nos organes savent capter. L’organisme doit la capter, la fixer et l’accumuler dans ses réservoirs nerveux et glandulaires afin de la redistribuer à l’ensemble des organes en fonction de leurs besoins sous la forme d’influx nerveux, de neurotransmetteurs et d’hormones.